Chronique d’un voyage au désert tunisien

Hmid, Zied, Jamal, Ahmed, Amor, Jilani, Hamadi…

Hmid, Zied, Jamal, Ahmed, Amor, Jilani, Hamadi…

Des conducteurs de calèches, de taxis, guides ou bergers…

Turbans noirs, bleus ou beiges autour de la tête pour se couvrir le visage du soleil qui a déjà creusé de belles rides aux coins des yeux…

Des hommes que le destin unit par la bravoure, la persévérance et la quête du « gagne-pain »…

Des hommes que j’ai rencontrés, à qui j´ai parlé, que j´ai écoutés, dont les gestes précis et détermines m´ont impressionnés, avec qui j´ai partagé un bout de chemin, une parcelle de terre à dos de dromadaire, de cheval ou sur le siège arrière d´un véhicule.

Ces hommes, je les ai connus lors de mon récent voyage au désert tunisien.

Ils ont entre 17 et 50 ans, célibataires ou mariés, pères de famille, frères ou fiancés.

Ils se lèvent tous à l’aube, parfois encore endormis, dénouent la corde qui a servi de barrière aux troupeaux ou pour les plus chanceux font fonctionner le moteur de leur voiture et partent malgré le brouillard, le froid ou le vent dans les rues, les coins et les sentiers les plus évincés pour faire leur chemin.

Ils rencontrent chaque  jour des gens par dizaines ou par centaines.

Certains rêvent d´évasion, de se marier avec une belle étrangère et vivre des jours heureux avec elle.

D´autres rêvent de se trouver un travail dans une usine à Sousse ou à Tunis, d´autres rêvent d´échanger leurs dromadaires contre des Quads pour tripler leur revenue.

D´autres rêvent de monter leur propre entreprise ou ouvrir une boutique de souvenirs.

Tous disent être heureux mais souhaitent un avenir plus prospère.

Chacun, de par son vécu, son caractère ou son expérience, a sa méthode pour parvenir au bonheur tant espéré.

Certains  font deux métiers en même temps, d´autres profitent de la venue des dits « touristes » pour pomper leurs prix, d´autres s’amourachent dune jolie blonde et troquent leur vie libre de jeune homme contre un mandat envoyé au début de chaque mois et une bague au doigt.

D´autres, soleil battant, parcourent des kilomètres en promenant des voyageurs à travers l’immense désert qu´est le notre.

Chacun, à la sueur de son front, se bat de son mieux pour nourrir femmes et enfants.

Il y a ceux qui ont décidé de tout plaquer dans le village pour s’installer avec sa petite famille et son troupeau dans cette étendue de sables et de dunes.

D´autres ont choisi la « solitude » et ont opté pour une tente et pour le travail de gardien ou de cuisinier dans le désert pour accueillir les « étrangers » que nous sommes.

D´autres, par contre, préfèrent la « civilisation » et choisissent de vivre en terre ferme derrière le volant de leurs véhicules.

Ces hommes bruns, toujours le sourire aux lèvres, les yeux rieurs, la tête pleine d´espoir m´ont touchés, m´ont émus et surtout m´ont donnés une vraie leçon d´humilité.

Une leçon à moi, à nous les « citadins » que la société a su foncièrement ancré des besoins que nous croyons vitaux, des accessoires pour lesquels nous ne pouvons nous en passer, des objets palpables, matériels, éphémères.

Téléphones portables, ordinateurs, Internet, bijoux, Shopping, télévision, salons de thé… des plaisirs superficiels mais, tous comme ces messieurs qui sont heureux avec leurs dromadaires, chevaux ou taxis, nous rendent heureux et surtout accro.

Avec du recul, je me demande qui est plus heureux d´entre nous ? Eux ? Ces hommes qui rêvent de choses que nous avons-nous et que nous n’apprécions guère ?

Nous, qui avons les derniers MP4, derniers téléphones mobiles, dernières espadrilles from USA, derniers pantalons cousus par le plus tendance des créateurs de mode ?

Le bonheur est-ce ce que nous avons-nous et qui nous « comble » dans notre vie de tous les jours ou est-ce ce qu’est chimérique, fantasmatique et qui nous donne des ailes chaque matin  pour affronter vents et brouillards ?

Il est vrai que nous, citadins, habitants des grandes villes avons nos rêves et ambitions et espérons tous réussir notre carrière professionnelle, voyager, rencontrer l’âme sœur, fonder une famille…

Mais si tout cela devait cesser, pourrions-nous être heureux comme tous ces hommes qui rêvent de ces choses qui sont petites à notre égard ?

Et si eux avaient à vivre un jour notre vie, seraient-ils heureux avec la voiture de sport, l’ordinateur, le séjour thalasso ou les sorties en boîte le Samedi soir ?

Des questions qui trottent dans ma tête… Des questions qui, je crois, demeureront sans réponse.

En attendant, c’est le visage de H’mid, Zied, Jamal, Ahmed, Amor, Jilani et Hamadi que je vois…

C’est leur voix que j’entends et c’est d’inoubliables beaux souvenirs que je garde au plus profond de moi.

 

CHEFFI Ahlem