La Rose des Sables : Le train touristique écologique en Tunisie

Le coup d’envoi du voyage-test du train touristique écologique "La Rose des sables" a été donné, vendredi 20 février 2015 à gare de train de Tunis.

Le coup d’envoi du voyage-test du train touristique écologique « La Rose des sables » a été donné, vendredi 20 février 2015 à gare de train de Tunis.

Il s’agit du mythique train présidentiel des années 60, de l’ancien président de la République Habib Bourguiba, qui a été rénové pour être exploité à des fins touristiques, par le tour-opérateur Discovery Trains. Le spécialiste français des voyages ferroviaires, a pour mission de le louer et l’exploiter commercialement. Ce train touristique diurne fera le tour de la Tunisie, en plusieurs jours, faisant halte dans les villes du nord-ouest et du centre-ouest du pays. Ainsi, le véhicule (des voitures-salons des années 1960) accueillera au total 40 personnes, pour une excursion de 9 jours Tunis-Tunis, en passant par des localités comme El Kef, Haidra, Sbeitla, Metlaoui et Tozeur pour n’en citer que quelques unes. Ceci dit, pour le lancement, le voyage sera de 4 jours sur la ligne Tunis-Kasserine via le Kef et Siliana. Le parcours sera ensuite étendu à Redeyef, Metlaoui, Gafsa, Gabès, Sfax et Sousse (avec l’ajout de 7 ou 9 rames). L’objectif étant que les composantes du projet soient parachevées dans un délai de deux ans. La seconde étape du projet est d’en faire un train de croisière (train-hôtel) : Discovery Trains procédera à la réhabilitation de 7 voitures déclassées qui seront réaménagées pour servir de chambres doubles pouvant accueillir au total entre 40 et 50 personnes.

Simon Stone a souligné, dans une déclaration à la presse, que l’objectif de Discovery Trains via ce projet est «d’accompagner la Tunisie en proposant une alternative au tourisme balnéaire appuyant une politique de développement d’autres régions du pays et qui mise sur la découverte des richesses écologiques, historiques, culturelles, archéologiques et de paysages, qui sont très méconnus des étrangers et des Tunisiens eux-mêmes». Et ce, via des visites et activités dans les villes-étapes qui permettront la découverte, à chaque halte, de paysages d’une exceptionnelle diversité, des fermes produisant biologiquement, une cuisine locale riche et variée, des traditions locales millénaires et une agriculture biologique de premier plan. Le projet qui a coûté la bagatelle de 1,3 million d’euros (2,8 millions de dinars à la charge exclusive du partenaire français) et dont la Tunisie bénéficiera d’environ 70% des revenus, contribuera à la dynamisation des régions figurant sur le circuit. Il participera à la création d’une cinquantaine d’emplois directement et en réalisera de même, indirectement, à chaque station du train. L’objectif étant d’atteindre les 500 emplois et plus à la fin du projet, en espérant que le train joue le rôle de catalyseur en développant les entreprises régionales participantes hors ce projet.

Notons que la Direction générale de l’agriculture biologique (DGAB) va fournir des produits biologiques au train. D’ailleurs, un protocole d’entente a été signé, la veille du lancement, à cet effet. Il permettra aux voyageurs de déguster plus de 60 produits biologiques : les dattes de Deglet Nour, le blé et l’huile d’olive bio, outre les spécialités tunisiennes comme les pains Mlaoui, la confiture de dattes, le Mesfouf, le couscous à la viande de mouton, les Nouacer, etc.