Région du Nord de la Tunisie

Avec une altitude moyenne de 700 m, la Tunisie est un pays relativement plat, composé de vastes plaines et de larges vallées. En fait, près des deux tiers du pays se situent à une altitude inférieure à 300 m. Contrairement au Maroc ou à l’Algérie voisine, on n’y trouve que de modestes chaînes de montagnes, pour la plupart aisément franchissables.

Avec une altitude moyenne de 700 m, la Tunisie est un pays relativement plat, composé de vastes plaines et de larges vallées. En fait, près des deux tiers du pays se situent à une altitude inférieure à 300 m. Contrairement au Maroc ou à l’Algérie voisine, on n’y trouve que de modestes chaînes de montagnes, pour la plupart aisément franchissables.

La principale chaîne de montagnes, dénommée la Dorsale, forme un axe sud-ouest/nord-est qui va mourir dans la péninsule du Cap Bon. Point culminant du pays à 1 544 m d’altitude, le djebel Chambi est situé au nord-ouest de la ville
de Kasserine, à une vingtaine de kilomètres de la frontière algérienne.

Bien que constituée de plusieurs sommets dépassant les 1 000 m d’altitude, la Dorsale est, à de nom breuses reprises, entrecoupée de dépressions et de vallées; plusieurs routes n’hésitent pas à la franchir. La Dorsale délimite également la zone de précipitation
des pluies en retenant les nuages venus du nord. Ainsi, au sud de cette zone, les montagnes, les plaines arides et les grandes étendues désertiques annoncent le climat saharien du Grand Erg oriental.
Plus au nord encore, dans la région de Tabarka, les montagnes de Kroumirie, dont l’altitude ne dépasse pas les 1 000 m, semblent dominer celles de la Dorsale, car elles surplombent la mer et les plaines de l’oued Mejerda, principal cours d’eau du pays.
Grâce à ses importantes dénivellations, le massif de Kroumirie sert de barrière naturelle aux froides températures hivernales provenant du nord, et c’est dans cette région, notamment dans les environs du village d’Aïn Draham, qu’arrivent les Tunisiens avides d’un premier contact avec la neige. D’ailleurs, avec leurs forêts de chêneslièges,
leurs sous-bois, leurs vastes prairies et leurs troupeaux de vaches laitières, les paysages de Kroumirie rappellent d’une manière hésitante ceux des Vosges ou de la Suisse. Ils contrastent vivement avec les sites plus «sahariens» que l’on a l’habitude d’imaginer en songeant à la Tunisie.

Entre la région de Tabarka et celle de Bizerte se trouvent les massifs des Nefza et des Mogods, qui comportent des sommets avoisinant les 600 m d’altitude. Ces montagnes peu élevées, qui bénéfi cient aussi d’un climat méditerranéen humide, s’ouvrent sur des plaines disposant parfois de terres riches en matières organiques, notamment dans la région de Sejenane. Tout autour de Tunis se déploie un vaste réseau de plaines et de zones bien arrosées, dénommé Tell. Le Tell (haut, inférieur et supérieur) regroupe donc d’excellentes terres de culture qui depuis toujours sont convoitées.
Ainsi, on considérait la vallée de l’oued Mejerda comme «le grenier à blé de Rome».

La région du Cap Bon est quant à elle toute méditerranéenne, et l’on y trouve, entre autres, la culture de la vigne et des olives. Le haut Tell regroupe les montagnes et les hautes plaines situées entre la Dorsale et l’oued Mejerda; le Tell inférieur s’étend du sud de l’oued Mejerda jusqu’au Cap Bon, alors que le Tell supérieur se trouve au nord
de l’oued Mejerda.