Trek en Tunisie

Plus petit pays du Maghreb, la Tunisie n'en demeure pas moins une destination singulière pour les amateurs de trek. Concentré d'Afrique, elle commence par dévoiler sa côte le long de la Méditerranée, puis prend un peu de hauteur dans les chaînons de l'Atlas et découvre l'horizon des steppes et du Sahel avant de partir à la rencontre du désert.

Plus petit pays du Maghreb, la Tunisie n’en demeure pas moins une destination singulière pour les amateurs de trek. Concentré d’Afrique, elle commence par dévoiler sa côte le long de la Méditerranée, puis prend un peu de hauteur dans les chaînons de l’Atlas et découvre l’horizon des steppes et du Sahel avant de partir à la rencontre du désert.

Atlas
Bout de terre accroché à la pointe Nord du continent africain, la Tunisie reçoit la visite du géant Atlas sous forme de deux chaînes de montagne parallèles séparées par la fertile plaine de Medjerda. Au nord, l’Atlas tellien en bout de course et, plus au sud, l’Atlas saharien, plus vaste, qui semble vouloir se jeter à la mer à la pointe du Cap Bon. Le relief est ici plutôt ramassé. Les massifs de Khoumirie, des Nefzas, des Mogods ainsi que les Monts de Tebessa s’étirent paresseusement du Sud-ouest au Nord-est. Le djebel Chaambi, près de Kasserine, domine du haut de ses 1 544 m d’altitude. Les oueds bordés de lauriers roses forment des respirations géographiques accueillantes parmi les montagnes habillées de chênes-lièges.

Centre
Le Centre de la Tunisie est marqué par une succession de hautes et basses steppes. Cette région semble former un pont naturel entre le Nord montagneux et le sud quasi désertique. Dans les environs de Tozeur, à l’extrémité Ouest, l’eau a pris possession des lieux : les chotts el-Djerid, el-Fedjadj et el-Rharsa, sont de vastes sebkhas (bassins fermés) blanchies par les efflorescences salines. En s’évaporant, l’eau réduit ces lacs à de larges étendues planes recouvertes de sel. Plus grand lac salé de Tunisie, le chott el-Djérid est pourtant à sec une grande partie de l’année.

Grand Erg oriental
Le désert tunisien, au sud, dessine, quant à lui, un losange bordé par la frontière algérienne et libyenne : échantillon du Grand Erg Oriental, les océans de dunes sculptés par le vent succèdent aux plateaux rocheux tabulaires pour offrir un spectacle saharien de toute beauté. Dattiers, cactus, chardons et arbustes d’épines sont aux premières loges. Et les apparitions de palmeraies, aussi rares que somptueuses, s’observent autour de ponctuels points d’eau. À l’Ouest du djebel Dahar qui s’étire depuis les monts de Matmata au-delà du sud de Gabès, la plaine alluviale de Djffara fait son apparition.

Littoral
Largement connu et hautement fréquenté, le littoral tunisien se veut long de 1 300 km. Les dunes composent l’essentiel des côtes du Nord et du Nord-Est alors que les plages de sable blanc s’affichent fièrement sur la côte orientale. Le Sahel fait, ici, un peu bande à part. Ce mot désigne à la fois cette région située près de la côte et cette zone de transition entre la Sahara et les régions tropicales humides. Amandiers et oliviers se sont donnés rendez-vous ici pour savourer la douceur du climat et la fraîcheur de la brise marine.